La vie est inexistante à la surface de Mercure. Des déserts montagneux de rocailles grisâtres s’étirent jusqu’à l’horizon. Si vous arrivez durant l’été, vous remarquerez certainement la lumière aveuglante réverbérée à sa surface. Cette lumière provient de ce qui est aujourd’hui appelé le Soleil Brisé. Jadis il s’agissait du plus grand et du plus sophistiquée des parcs d’énergie solaire de tout le système. Alors que la vague de Symétrie frappa la zone il a plusieurs décennies, les panneaux de verre fondirent dans le sol rocheux et, depuis, diffusent une énorme quantité de lumière aux alentours. Appréciez le soleil tant que vous pouvez car lorsque vous embarquerez dans le train de Maliko Haven pour Longshore, vous ne le verrez plus avant longtemps.
Longshore est la plus ancienne installation de Mercure et a grandi pour devenir l’une des plus spectaculaires mégalopoles. La cité elle-même s’est organisée sur le même modèle que les autres cités du système solaire, le quartier administratif est au centre et entouré par des anneaux concentriques alternant les banlieues et zones industrielles. La principale différence avec les autres cités tient au fait que Longshore s’étend également en profondeur. Les régions les plus basses, désigné comme les Cités Inférieures, sont considérées par beaucoup de non-mercuriens comme l’enfer incarné. D’innombrables millions de personnes vivent dans cette termitière souterraine composée de cavernes et de tunnels. La chaleur et les fumées sont irrespirables pour les nouveaux venus et l’absence de lumière naturelle rendent l’adaptation aux cycles de jour/nuit très difficile. Une fois que vous vous êtes acclimaté, vous vous apercevez que même les Cités Inférieures présentent une beauté en elles-mêmes. Les petites maisons sont pelotonnées de chaque côté le long des tunnels qui s’étirent sous l’écorce de la planète. Ici, de modestes jardins diffusent un arôme apaisant à travers l’atmosphère humide qui stimule vos sens. La cité est entourée par les Ceintures Vertes. Ce sont les zones agricoles de Mercure où une grande variété de végétaux et de produits alimentaires poussent et sont exploités. Il est même possible d’entr'apercevoir là des animaux sauvages qui se sont débrouillés pour s’adapter à cet habitat particulier.
L’hémisphère sud abrite la cité de Fukido. Jadis, Fukido était le joyau de l’empire mishiman mais, après une série de rachats habiles, Imperial en acquis le contrôle total. Aujourd’hui elle est administrée comme une ville autonome par des conglomérats d’affaires et, malgré la peur de Mishima qu’elle devienne rapidement une ville ruinée et délabrée, la cité prospère aujourd’hui grâce à ses affaires plus ou moins véreuses.
La planète est aujourd’hui quadrillée par un réseau de tunnels créés par une intensive exploitation minière. Pour éviter les effondrements, la plupart de ces tunnels ont été inondés et grâce aux efforts poussés de biologistes mishimans, les tunnels hébergent aujourd’hui de nombreuses espèces de poissons et de crustacées. Des rumeurs circulent parmi la population mercurienne sur les créatures qui se cachent dans ce labyrinthe sous-marin. Aussi, si vous souhaitez aller à la pêche, vous devrez vous y rendre en sous-marin. Et si vous êtes prêt à payer pour visiter l’un des écosystème des plus particuliers, Mercure vous comblera. Mais n’oubliez pas d’apporter votre lampe-torche.

Depuis la nuit des temps, lorsque les gens levaient la tête pour contempler les étoiles, l’étoile du soir était assimilée comme le symbole de la fertilité. Peut être que c’est la raison pour laquelle la mégacorporation Bauhaus fut la première et la plus entreprenante des pionnières sur Vénus. Avec l’objectif d’établir un écosystème florissant et la croyance ferme en “la survie du plus fort” - aucun protocole de création des espèces de colonisation ne fut appliqué pour cette planète. Bauhaus et l’humanité toute entière regrettèrent plus tard cette politique. Le biotope de Vénus est imposant et effrayant - il n’est pas régi par les règles de la nature s’appliquant jadis sur Dark Eden. Le gigantisme et les comportements de prédation sont la norme. Et les diverses espèces d’animaux s’étant crées souffrent du syndrome de Pangée.
Lors de la terraformation de Vénus, la corporation Bauhaus n’avait qu’une chose en tête : un sol fertile pour y faire pousser ses cultures. Cette terraformation déséquilibrée s’avéra désastreuse. Avec peut être les terres les plus fertiles de tout le système solaire, le processus de terraformation généra un climat qui se révéla être un défi pour ne pas dire plus. Au sein de l’épaisse jungle équatoriale de Vénus règne une atmosphère chaude et humide qui rend la zone inhabitable. Quelques colonies sont installées tout de même à sa frontière en bordure de mer.
Le continent du sud, Aphrodite Terra, est presque entièrement recouverte par les jungles. Ces terres inhospitalières font l’objet malgré tout des efforts des mégacorporation d’agrandir leurs empires économiques. Les Bâtisseurs de Bauhaus aménagent la frontière nord et ouest de ce continent et, à la frontière est, l’économie de Mishima effectue une avancée depuis la baie de Wu-Long.
Le continent nord, Ishtar Terra, est le domaine exclusif de Bauhaus. Avec la mégaville de Heimburg et un climat plus tempéré, ce continent est le plus civilisé des deux. Ayant été le théâtre de nombreux conflits ces dernières années, ce continent reste la zone la plus densément peuplée derrière celle de Luna. Des routes connectent les grandes cités et, d’une façon ou d’une autre, toutes les mégacorporations y sont représentées.
Mais les gens ne parlent plus de Colonia. Ce qui était auparavant la promesse d’une nouvelle frontière de la civilisation ouverte aux Bâtisseurs est, ces dernières années, devenue le témoignage de toute les sortes d’atrocités que la peur peut inspirer. Volksburg qui était jadis une ville et économie des plus importantes sur Colonia était constamment assiégée par le Népharite Alakhaï et ses Légions Obscures. Après avoir perdu quelques batailles, l’humanité et la Confrérie elle-même dut se résoudre à fuir Volksburg et à procéder à une campagne de bombardements aériens de très grande ampleur. Le Cardinal déclara que la Symétrie s’y était trop profondément enraciné. Mais les quelques survivants de Colonia témoignèrent plutôt d’une trahison.
L’Archipel de Graveton est ce qui existe de mieux sur Vénus. Un archipel étendu dans une zone où la nature est hospitalière et les eaux magnifiques. La pêche et les fermes exploitant les champs d’algues nourrissent plusieurs millions de personnes dans l’archipel et des milliards sur Vénus. La nourriture provenant de l’Archipel de Graveton constitue la plus grande exportation de la planète et une grande contribution à l’économie de la planète. Bauhaus, Capitol et Mishima se livrent à des escarmouches à cause de leur intérêts croisés dans cet archipel mais s’arrangent à ce que les conflits ne dégénèrent pas pour ne pas mettre en cause la viabilité de cette région. Imperial commence tout juste à montrer son intérêt pour ce territoire mais s’est contentée, pour l’instant, de ne racheter que quelques fermes par acquisitions amicales.

Dark Eden est le berceau de l’humanité. Elle vit la naissance de l’homme et l’émergence des nations ; puis l’apparition des corporations et enfin leur remplacement par les mégacorporations. De là, l’humanité a colonisé d’autres mondes tandis que celui d’origine manquait de ressources. Cela n’arrêta pas pour autant ses habitants de se faire la guerre. Et alors que les balafres se multipliaient à sa surface, une apocalypse frappa ce qui restait de cet éden et l’anéantit pour toujours. Ceux qui purent quitter la planète le firent, tels des rats abandonnant un navire naufragé.
Après l’Exode, lorsque les mégacorporations laissèrent derrières elles le désastre et le carnage de Dark Eden, la planète fut abandonnée à son triste sort pendant plus d’un millénaire. La planète était considérée comme perdue. Des désastres, aussi bien environnementaux que consécutifs aux guerres, ravagèrent sa surface telle une faux. Les populations qui furent abandonnées par les mégacorporations moururent par milliards alors que les conditions climatiques et des nuages toxiques de pollution éliminèrent les plus faibles. Ceux qui survécurent pendant que le système climatique de la planète se stabilisa étaient les plus forts et les mieux adaptés. La même sélection s’appliqua à la faune et la flore qui survécurent. La vie sur Dark Eden devint aussi dure que du métal.
Les humains se regroupèrent bientôt en tribus nomades qui explorèrent les vieilles ruines des énormes mégavilles et les plaines sans fin. Elles suivirent les troupeaux d’herbivores en migration qui étaient - et sont toujours - une importante source de nourriture. Elles fouillèrent les cités abandonnées en quête d’objets utiles tels des outils et des armes. Après tout, les humains n’étaient pas les seuls à considérer comme des proies les troupeaux migratoires et les prédateurs pouvaient très bien considérer la chaire humaine comme source de protéines. Puis, certaines tribus commencèrent à se sédentariser. Des royaumes se formèrent et avec eux, des conflits éclatèrent. Dark Eden fut bientôt le théâtre d’une guerre brutale et barbare, une image déformée des autres planètes déchirées par la guerre.
Dark Eden est marquée par la violence et la laideur. Pour empirer les choses, la Symétrie vint corrompre sa surface baignée de sang. Les Légions Obscures y disposent de postes avancés fermement établis mais elles ont rencontrées une solide opposition des factions belliqueuses de la planète. Les populations qui y vivent sont nées lors d’événements cataclysmiques et ont été baptisés par les conflits. Les reésidents de Dark Eden ont prouvé être de formidables adversaires.
Beaucoup de temps s’est écoulé depuis que les mégacorporations ont lâchement abandonné la planète. Aujourd’hui elles sont de retour. À la fois Mishima et Sundiata ont établi des bases sur Dark Eden. La confrérie et le Cartel sont également présentes. Mais elles sont toutes des étrangères pour un monde qui les a depuis longtemps oubliées. Leurs us et coutumes, langages et croyances sont complètement inconnues pour les autochtones. Mais il est peu probable qu’elles reçoivent un accueil chaleureux.

Luna est majoritairement un désert de poussière. Il n’y règne aucun vent, aucun point d’eau et aucune trace de vie exception faite de la grande et ancienne mégalopole qu’est Luna City. Son climat et sa gravité sont contrôlés par plusieurs artefacts technologiques des anciens qui sont entretenus et protégés par la Confrérie. Son atmosphère y est toujours humide et glacée. Combinez cela avec la pollution du trafic routier et des industries et vous obtenez des rues plongées dans le brouillard et la fumée. Les gigantesques tours climatiques qui se dressent telles les sommets de volcans mécaniques à travers la cité sont conçues pour expulser la pollution de l’air dans l’espace, mais ne semblent pas avoir été construites aux dimensions à laquelle la ville s’est développée.
Les tours climatiques créent un immense panache de poussière qui s’étend de la ville jusqu’à l’espace, formant un titanesque anneau de glace noirâtre autour de Dark Eden. Près de 500 millions de personnes habitent ses rues brumeuses et ses bâtiments mégalithiques. La cité ressemble de loin à un gigantesque volcan et s’élève lentement depuis les lointains faubourgs vers l’ancien centre-ville qui se dresse tout en hauteur avec ses flèche de béton vers le ciel étoilé. Les nuages tourbillonnants ajoutent à ce tableau volcanique tout comme le grondement provenant du vacarme des rues. Bien que ce brouillard étouffe parfois les sons tel un voile vaporeux, les vibrations et la pulsation sourde de cet environnement est quelque chose dont vous ne pouvez vous isoler complètement. La vie bouillonnante de Luna City peut être ressenti à tous les niveaux. Cela rend particulièrement difficile l’adaptation des nouveaux venus sur Luna. Cela prend du temps à être capable de se concentrer dans un endroit où les habitants, les infrastructures et le climat vivent et respirent tel un seul organisme géant.
Une fois que vos sens se seront habitués et resteront en alertes, vous commencerez à ressentir le murmure lent qui s’écoule dans la rue et vous vous sentirez à l’aise. Jusque là, Luna City sera une source constante de stress et de confusion. Les grandes puissances ici ne sont pas les mégacorporations mais le Cartel et la Confrérie. Ces deux organisations en quête de pouvoir cherchent à contrôler l’humanité à leur propre façon partagent le contrôle de la plus grande ville du système solaire.
Luna City est une cité ancienne et amère et les gens qui y vivent semblent refléter cela. Quel que soit l’héritage culturel, qu’il soit de Bauhaus, Imperial, Capitol ou Mishima, les autochtones se comportent comme si de venir de cette vieille ville signifie qu’ils sont meilleurs que les autres. Ils sont persuadé de porter dans leurs cœurs le seul véritable héritage culturel des mégacorporations et que les autres mondes ne sont que des provinces reculées. Les habitants de Luna City oublient facilement que ces provinces reculées garantissent justement l’approvisionnement de la ville. Des millions de tonnes de biens et de ressources sont expédiées vers Luna chaque semaine et sont dévorés par la cité géante toujours affamée. En période de guerre totale, Luna City n’était pas ravagée par les combats mais par la famine et la maladie à cause des ruptures d’approvisionnement. Cela a souvent débouché sur de désastreuses et bizarres situations. Ce n’est pas pour rien que la folie et le cannibalisme sont synonymes en dehors de Luna.

Lorsque Mars fut terraformée durant les temps anciens, elle fut destinée à devenir le paradis que fut jadis Dark Eden. La vie végétale et animale fut introduite dans ce monde primitif avec beaucoup de soin et une planification rigoureuse. Ses eaux furent peuplées de poissons génétiquement améliorés qui serviraient de source importante de nourriture. Ses terres furent ensemencées suivant le même principe. Cela laissa des trous béants dans l’écosystème ; spécialement au regard de la chaîne alimentaire. Pour combler ces trous, les bannis des implantations humaines vinrent les remplir. Les rongeurs et les insectes évoluèrent pour remplacer les serpents, charognards et autres prédateurs. Les mesures pour stopper cela furent suspendues par le passe-temps favori de l’humanité : la guerre.
Mars est depuis toujours l’arrière court de Capitol mais les Premières et Secondes Guerres corporatistes ont permis à toute les mégacorporations de s’implanter sur la carte. Imperial et Mishima contrôlent en particulier de vastes zones. Mais les guerres firent plus que d’importer de nouveaux habitants sur Mars ; elles ont changer le visage de son hémisphère sud. À l’instar de l’hémisphère nord aujourd’hui, l’hémisphère sud était jadis luxuriant et connaissait un climat tempéré. Mais désormais ces terres sont dévastées et réduites à l’état de déserts rocailleux qui recouvrent à peu près tout. Les guerres chimiques et biologiques ont rendus ces zones interdites à toute vie. Cela ne dissuade pas les caravanes de pillards de ce rendre dans ces déserts pour chercher ces anciennes villes détruites et abandonnées désignées sous le vocable de cités fantômes. Il existe également des activités corporatistes dans le sud mais elles sont toujours sous la menace d’un seigneur de guerre local et des Légions Obscures.
La seule zone à peu près sécurisée dans l’hémisphère sud se situe tout autour du grand lac Véga où Capitol dépense d’énormes sommes d’argent pour faire respecter la paix. Mais l’hémisphère nord constitue la principale zone peuplée de la planète. De grandes cités telles que Santos, Hope et San Dorado sont des villes grouillantes qui ensemble abritent près de la moitié de la population de Mars. San Dorado est la ville la plus étendue du système solaire et le siège de Capitol. Axum, dans la chaîne de Crimson Mountains, est le siège de la corporation high-tech Sundiata. Pour circuler tout autour de Mars facilement, du moins entre les villes, les chemins de fer transmartiens parcourent l’équateur de la planète avec des lignes partant vers le nord et le sud. Les grands canaux s’étirent aussi en un réseau du nord au sud, mais à l’instar des voies ferrées, la plupart de ces canaux sont aujourd’hui hors d’usage lorsqu’ils pénètrent dans les terres dévastées du sud.
La Symétrie est omniprésente sur Mars et la monstrueuse Citadelle du Commandeur Népharite Salmiel est l’une des plus anciennes de tout le système solaire. La tranquillité prédomine aujourd’hui à l’intérieur et aux alentours des Citadelles mais on peut suspecter qu’il ne s’agit que du calme précédant la tempête. La Confrérie et le Cartel sont persuadés que Mars sera le lieu où les Troisièmes Guerres corporatistes se déclencheront.

Entre les corps célestes de Mars et Jupiter, la ceinture Phaéton s’étire telle un collier de pierres précieuses. Cette myriade d’astéroïdes de différentes tailles - certains colonisés, d’autres désertiques et quelques uns abandonnés - brille dans la faible lumière de l’étoile que nous appelons le soleil. Elle est le témoignage de l’aventure qui avait échoué à apporter la gloire et la prospérité à leur illustre Reine ; de nos jours c’est un endroit où vous avez besoin d’une arme et de cervelle pour survivre. Elle constitue le royaume d’Imperial et aujourd’hui, le nombre d’astéroïdes qui sont colonisés est limité pour ne pas dire plus. La plus grande colonie est la capitale de Victoria. La majorité de la cité a été construites dans l’astéroïde excavé. Dans les faubourgs, le travail de construction est d’un niveau plus modeste se résumant habituellement à une simple cave ou une salle où les fenêtres et portes au montants en bois et une lumière vacillante sont les seuls indices que quelqu’un vit ici. Plus vous vous rapprochez du cœur des quartiers principaux de la cité, la grandeur des bâtiments et les ornementations et décorations entremêlées vous couperont le souffle d’admiration et de vertige, parce qu’ils semblent vraiment toucher les étoiles qui entourent Victoria dans toutes les directions telle une île. L’astéroïde Hadrian, par contre, n’a rien de la maçonnerie exquise de la capitale ; il n’y en a pas besoin. La seule chose qu’il y a en abondance sont les gigantesque bassins peu profonds situés sous sa surface qui produit toute la nourriture (champignons comme algues) et épices de la ceinture.
La première source de revenue d’Imperial pendant des siècles était l’exploitation minière mais cela a changé depuis les Secondes Guerres corporatistes. Mais son centre d’opérations a toujours été l’astéroïde minier de Boer-Nathal. C’est de là que tous les vaisseaux et astéroïdes de la ceinture sont observés par le réseau Échelon. Il permet de sécuriser les routes commerciales où les puits gravitiques, tempêtes solaires, pirates et cimetières de débris ou d’épaves de vaisseaux sont choses communes. Boer-Nathal est le système nerveux du royaume et, avec l’énorme astéroïde situé dans la partie intérieure de la ceinture, il est les yeux et les oreilles d’Imperial. Le second corps céleste aux dimensions gargantuesque est baptisé Conquest et, derrière ses massives portes en acier, il abrite toutes les équipements qu’Imperial pu y aménager, faisant ainsi de cet astéroïde le centre de ses opérations militaires aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ceinture. Toute sa surface est hérissée de système d’armement pour s’assurer qu’aucun vaisseau ne puisse approcher sans un féroce tir de barrage avant toute possibilité d’infliger des dommages. Derrière ses portes, les tunnels et quais de débarquement sont assez vastes pour accueillir n’importe quelle classe de vaisseaux connus, aussi bien militaires que civils.
La majorité des transports militaires sont expédiés aux confins de la ceinture où la silhouette grise et déchiquetée de l’astéroïde Stuart est sous les assauts constants des forces de l’Obscurité, faisant de cet endroit un lieu de stationnement permanent des forces de la Confrérie et du Cartel pour défendre cette zone clé. Si jamais Stuart venait à tomber aux mains de l’Obscurité alors la ceinture entière sera laissée à sa merci.

Retour au Coral Beach Center

Dans les précédentes éditions de Mutant Chronicles, les différents mondes de l'univers étaient sommairement décrits. Nous ne savons pas si cela était intentionnel pour laisser plus de liberté pour les joueurs qui souhaitaient modeler ces mondes à leur convenance. Ce que nous savions, par contre, c'était que conserver cette ambiguïté sur la description des mondes ne pouvait que desservir la solidité de l'univers de jeu. Bien sûr il y avait beaucoup d'informations sur les unités des forces spéciales et de nouvelles armes mais cela n'aidait pas à disposer d'un univers plus solide. Un background plus solide requiert une description plus fouillée de son univers. Aussi nous sommes nous efforcés de travailler en ce sens.
La ceinture d'astéroïdes fut baptisée en Ceinture Phaéton. Cela sonnait mieux. Nous avons décrits plus d'astéroïdes que de nous appesantir sur Victoria et ajoutâmes une vie animale composée d'amphibiens. Une autres espèce indigène de la ceinture sont les ratiers : de petits rongeurs méchants qui se nourrissent des champignons et des algues qui poussent un peu partout au sein des royaumes d'Imperial.
Mars était auparavant assez ennuyeuse. Elle était trop sablonneuse et trop vide pour nous. Aussi nous avons confiné le désert au seul hémisphère sud et ajouté une forêt de climat boréale tout autour de l'océan froid du nord et une épaisse ceinture agricole entre ce désert et la forêt. Désormais Mars va quelque part ! Nous avons aussi imaginé une faune sauvage qui était à l'origine destiné à produire de la nourriture pour les populations humaines tel que du bétail, du poisson et de la volaille. Mais l'évolution a eut raison des efforts des ingénieurs en terraformation les plus déterminés. En l'absence de prédateurs, les insectes et animaux domestiques évoluèrent pour remplir ce rôle. Faîtes attention aux sauterelles barbelées et autres chasseurs de boue !
Venus a été laissé à peu inchangée. C'était une planète sauvage avec un climat extrême et cela nous convenait. Même chose pour Dark Eden. Le climat décrit dans le supplément de Warzone 1ère édition nous semblait adapté. Le nom du bouquin a aussi été conservé.
Mercure nous a causé quelques migraines ce qui a forcé l'équipe de COG Games a passer beaucoup de temps dessus. Nous voulions des jardins dans des grottes et une présence massive de volatiles ce qui est bien la dernière chose à laquelle on peut s'attendre dans un monde souterrain. Les jardins furent créés avec la maîtrise de Mishima des lentilles optiques. En conduisant la lumière solaire dans les caves grâce à des miroirs et en contrôlant leur croissance par l'utilisation de lentilles, les jardins suspendus ainsi éclairés pouvaient fleurir. Des espèces d'oiseaux spécialement sélectionnés furent ajoutés pour donner un peu de vie à cette flore. Mais je dois concéder que l'élément le plus cool (et le plus terrifiant) sur Mercure est l'anguille Warunagi, un prédateur aveugle qui habite les lacs et rivières souterraines. Je les aime bien et je suis sûr que vous les aimerez.