Les autres passent leur temps à maintenir leur vieilles traditions décrépites. Ils cirent les chaussures de la Confrérie et s'inquiètent que la fin est proche. Ne peuvent-ils pas voir qu'en gardant les affaires florissantes est un moyen de garder l'humanité en selle ?
Nous avons besoin de maintenir une économie stable pour avoir suffisamment de puissance de feu pour remettre la Symétrie dans le trou d'où elle est venue. Pour cela nous avons besoin de faire tourner les industries et parmi les mégacorporations, Capitol est le seul véritable titan. Essayez donc de trouver une superette qui ne vend pas les plats en conserve Cruz ou de canettes de boisson Fizzy. Essayez de chercher un magasin d'armes qui ne propose par le Sherman M13 en vitrine. Où plutôt ça : une émission de télévision qui est compte parmi les dix meilleurs scores d'audimat et qui n'est pas produit par Capitol. Ces trois tâches sont impossibles, mon ami. Dans chaque maison de tous les territoires que l'humanité à conquise, il y a des produits capitoliens. Je vais même vous dire, je ne serais pas surpris si l'un de ces damnés Népharite buvait une bière Monty pour se rafraîchir lors d'une chaude journée d'été. Vous voyez, nous sommes présents sur tous les segments. Personne ne peut résister à nos produits et s'ils le font, ils ne pourront pas résister aux campagnes marketing et iront tôt ou tard les acheter.
Bauhaus se contente de rester assise dans ses luxueux magasins à attendre que les consommateurs viennent à elle et lorsqu'ils le font, ils sont traités comme des cons. Ce n'est vraiment pas la bonne façon de booster les ventes. Imperial escroque ses clients et cela ne ressemble plus vraiment à une vente. Mishima balance ses produits aux visages des clients et croise les doigts pour que cela marche. Et Sundiata, ben Sundiata ne fait que me donner la chair de poule. À la lumière de tous ceci, il n'est pas compliqué de comprendre que Capitol et notre économie fait des envieux, au point qu'ils veulent prendre ce que nous avons par la force. C'est une erreur. Ils feront face aux représailles de la plus grande force combattante que l'humanité n'ai jamais connue : les Forces Armés de Capitol. Les FAC les écraseront, enlèveront les os brisés et nettoieront le champ de bataille pour construire un nouveau centre commercial.
Aussi, s'il vous plait, appréciez nos produits. Visitez San Dorado et ressentez la vie bouillonner dans la plus grande ville du système solaire. Faites un saut à Vega et faites sauter la banque, ou perdez jusqu'à votre dernière mise mais en passant un grand moment dans tous les cas. Voyagez avec le chemin de fer transmartien et découvrez les immensités des Terres Libres. Ne causez pas d'ennui ou vous serez puni su durement que vos souffrances donneront des migraines aux vers qui se repaîtront de votre cadavre.
- Tom Ramirez, homme d'affaire capitolien qui parle de sa mégacorporation après une bière de trop prise au bar la Cave dans Luna City

Regardez autour de vous. Regardez cet océan de visages. La Cité Basse de Longshore est un endroit grouillant et la parfaite métaphore de Mishima. Ce que vous voyez peut s'assimiler au désordre le plus total, n'est-ce pas ? Même les chaussées et les trottoirs pour piétons n'ont pas de limites claires alors que les véhicules et les gens s'écoulent telle une rivière que seraient les rues. Vous ne pouvez vraiment distinguer les vendeurs de rues ou simples passants des membres des triades qui maintiennent l'ordre parce que tous bougent très vite. Aujourd'hui cet endroit est un restaurant. Demain, vous verrez que c'est la maison de quelqu'un. Et après-demain encore cela pourra être une boulangerie. Je vois à la crispation sur votre visage que votre cerveau est très sollicité. C'est le chaos pour vous. Un combat de rue ici, un feu dans une cuisine de rue là-bas, un vendeur de loterie qui interpelle la foule de tous ses poumons, un groupe d'hommes d'affaires alcoolisés chantant un vieil hymne de guerre de Mishima ; tout le monde se déplace ici sans une logique apparente. Mais vous savez qu'il y en a une derrière tout cela ou que ce chaos est régulé de quelque façon. Au minimum on vous a dit qu'elle existe mais vous ne pouvez la voir. Par exemple, les chants de ce groupe d'hommes d'affaires ont forcé le vendeur de loterie à hausser la voix, ce qui a fait sursauter le chef de cuisine de rue qui a envoyé de l'huile sur ses plaques. Et ces hommes d'affaires ont peut être commencer à chanter au à cause de la bagarre à laquelle ils assistent.
Il y a une logique à tout ceci et une cause pour chaque événement. Le point d'origine et la logique de Mishima sont les Tongs. Ils contrôlent tout mais restent invisibles. Le vieux qui trie les ordures là-bas peut être un membre des Tongs. Le conducteur de taxi aussi ou encore la riche femme qui se trouve sur la banquette arrière. Je peux en être un. Par contre, je suis à peu près sûr que vous ne l'êtes pas. Les Tongs font tourner la boutique mais en tant que directeurs. Ils sont au-dessus des bureaux de direction. Ils ont toujours fait partie de Mishima et bien sûr, lorsqu'ils ont pris le pouvoir durant la Révolution Tranquille, personne ne vit ceux qui tiraient les ficelles, seulement leurs marionnettes. Les vieux Princes Héritiers de Mishima étaient trop affaiblies après les guerres et ne purent rien faire. Bien évidemment, ils sont toujours à la tête de l'armée, mais juste en tant que directeurs.
Certains disent que Mishima est vulnérable depuis que les Princes Héritiers sont hors course. Mais grâce à nos positions, vous comme moi savons que ce n'est pas le cas. Notre économie atteint des sommets et ce n'est qu'une question de temps avant que nous passions devant Capitol sur tous les marchés. L'armée mishimane est en pleine restructuration aujourd'hui et va bientôt regagner ses capacités d'avant. Ces deux éléments nous rendront inarrêtables.
- Fabienne Tranh, chef de la sécurité de la keiretsu Ke Chen Industries, s'entretant avec Piotr Stepanovski de Bauhaus Autowerks

Lorsque mes ancêtres virent pour la première fois sur Vénus, il n'y avait rien d'autre excepté la jungle. Tout ce que vous voyez autour de vous : le Square de la Cathédrale, la Maison de l'Opéra, les banlieues que vous pouvez voir si vous regardez vers le nord. Tout n'était que jungle. Mais ils travaillèrent dur. Infatigables, ils sacrifièrent leur santé pour s'assurer que leurs enfants et petits-enfants auraient un endroit où grandir. Comme vous pouvez le constater, ils ont réussit dans tout ce qu'ils ont entrepris.
Aujourd'hui, notre glorieuse cité de Heimburg se dresse tel un témoignage de l'esprit de ces braves hommes et femmes qui érigèrent ce monde.
Je conviens que les autres planètes doivent aussi beaucoup à leurs pionniers. Mais je crois que mes ancêtres ont apporté quelque chose en plus dans leurs bagages. Une sensibilité à la culture et aux arts dont je crois les autres corporations sont complètement dépourvues. Je veux dire par là, où ailleurs pouvez–vous trouver une telle Maison de l'Opéra telle que celle qui se dresse devant vous ? Où ailleurs pouvez-vous goûter aux symphonies, aux drames et aux arts ?
Imperial n'est pas très cultivée, n'est-ce pas ? La Reine, certainement, mais les gens ordinaires dans les astéroïdes ? Ne vivent ils leurs existences que pour pouvoir se saouler et se maudire ? Je n'ai jamais rien vu chez Imperial qui m'ai impressionné. Et puis nous avons Capitol. Ces idiots sont persuadés que la culture est juste un bien de consommation comme un autre. Bien, je dois admettre que j'ai rit la première fois lorsque je vis un film capitolien mais ce n'était pas pour sa causticité, c'était les vêtements juvéniles qu'ils portaient. D'accord, ils savent comment faire des affaires mais c'est bien tout à ce que j'en sais.
Non vous voyez, nous chez Bauhaus croyons fermement que la culture est quelque chose qui tient au génie. Une personne capable de voir et d'interpréter le monde qui l'entoure et le traduit dans une symphonie évocatrice de mots, de couleurs ou de sons. J'ai eu par la passé une discussion avec une personne de Sundiata. Il ne pouvait conceptualiser ce que j'essayais de lui expliquer et revenaient sans cesse sur la beauté des équations mathématiques et ruina complètement mes efforts en faisant cela. Cela dépasse ma compréhension comment ils peuvent se détourner de la foi et de la croyance en autre chose de plus essentiel que des nombres sur un bout de papier. Et en parlant de croyances, je me demande ce en quoi les hommes et femmes de Mishima croient. Cela doit être quelque chose de sinistre, ça j'en suis sûr. Je veux dire, ils vous sourient tout le temps lorsque vous entrez dans une pièce mais quand vous partez, ils se mettent à ricaner. Et avant de dire ouf, un émissaire vous tend tout un fatras de documents avec votre propre signature qui leur donne le droit d'épouser votre femme ou pire.
Non mon ami, je suis heureux ici, parmi des gens qui croient encore en la galanterie et la noblesse. Oh je pense que l'entracte est terminée. Vous allez adorer cet acte, c'est lorsque le Rossignol d'Heimburg chante l'ire à son champion tombé. Venez mon ami, retournons à l'intérieur.
- Franz Nicksingen durant une entracte de l'opéra "Les chuchotements du temps"

Donc vous voulez savoir ce que cela signifie d'appartenir à Imperial ? Vous ne le voulez pas vraiment, faîtes moi confiance. Mais vous semblez jeune et pas très au fait aussi je ne vais pas refuser d'éclairer votre lanterne.
Laissez moi commencer et terminer en disant ceci. Nous sommes ceux qui protégent toute l'humanité. Nous sommes les seuls assez braves pour servir de vigie à Outremer – aux confins de la ceinture Phaéton, aux confins de l'espace.
Imperial dans son ensemble et avec mon propre clan – les Benmoreay – tenons la frontière qui nous sépare de Néron. De Victoria à Stuart et de notre astéroïde clanique de Wellington, mes frères et soeurs vivent en creusant de leur main sols rocheux des astéroïdes. Fermes dans leurs croyances de ne jamais se rendre ni de céder un pouce de terrain. Les autres corporations prétendent qu'elles sont prêtes pour la prochaine vague des Légions Obscures mais nous, les fils et filles d'Imperial, sommes seuls dans cette bataille. Pire, les autres corporations nous traitent de faiseurs de guerre et recourent au Cartel pour constamment enrayer nos efforts de récupérer ce qui est nôtre. Comme si de protéger la première ligne de défense de l'humanité était moins important que de faire des profits.
La Reine l'a très bien résumé lorsqu'elle a dit : "Il faut un certain mélange d'ignorance et d'audace pour que les autres corporations aient leur sécurité assurée par une autre corporation et qu'en même temps elles remettent en question la façon dont elle est fournie." Les autres corporations veulent nous voir déguerpir pour avoir les mains libres. Le Cartel veut nous voir déguerpir pour pouvoir mener leurs affaires boursières. La Confrérie veut nous voir déguerpir parce que nous faisons un trop bon travail en repoussant les forces de la Symétrie loin des yeux du public. Pas de peur des Légions, pas de nouveaux fidèles du Cardinal. Tout n'est que corruption et mensonge et je ne veux pas en faire partie.
Mais je ne peux pas rester assis et vous EXPLIQUEZ ce que c'est que d'appartenir à Imperial. Vous devez ressentir la solitude de l'espace d'abord. Vous devez voir une cave de champignons d'un astéroïde donner sa première récolte de Nophers. Vous devez voir les ruines Pitcairn. Et vous devez rencontrer la Reine – mais vous et moi savons que cela n'arrivera pas. Aussi vous allez devoir enquiquiner quelqu'un d'autre et me laisser avec ma bière Stillwater.
- Dog-John Benmoreay, capitaine d'Imperial, se confiant à un reporter du Phaeton Belt devant une pinte de bière

Il n'y aucune vérité dans la religion. Il n'y a aucune vérité dans la philosophie. Il n'a de vérité que dans la science. La science est la plus grande création de l'humanité. La science va nous donner la victoire dans la lutte qui l'oppose à l'Obscurité. Nous, la corporation Sundiata, sommes le fer de lance de l'humanité. Notre supériorité technologique prouve que nous sommes seuls sur le chemin de la découverte. La technologie frontière, notre don à l'humanité, est ce qui va sauver la civilisation et le moyen par lequel nous atteindrons une nouvel âge glorieux de science et de technologie. Nous ne craignons pas la Symétrie, pour qui nous sommes ses plus farouches adversaires. Les Apôtres et leurs subordonnés connaissent nos forces et nous redoutent pour cela. Nous ne craignons pas la Confrérie, parce que nous sommes les véritables vertueux. Le Cardinal et ses hommes de mains connaissent notre grandeur et nous redoute pour cela. N"oubliez pas ces paroles : "Leurs critiques constantes ne font que nous renforcer dans nos convictions."
Le nom de Sundiata devrait être synonyme de véritable Lumière. Ceux qui doutent de nous peuvent aller voir nos réalisations et leurs hésitations seront balayées d'un coup. Nos académies éduquent les plus brillantes intelligences dans le domaine des sciences. Leurs découvertes sont la fondation sur laquelle nous travaillons aujourd'hui et leur travaux sont très loin devant ceux des autres corporations. Nos systèmes de communication sont imperméables à la corruption de la Symétrie et sont donc d'une valeur inestimable dans les contacts qu'entretiennent chaque ville et chaque planète. Nos vaisseaux interstellaires parcourent les immensités de l'espace plus vite que tous les autres vaisseaux. Nos Janissaires sont les soldats les plus performants de toute l'humanité. Ils sont équipés d'armes et de matériels qui choqueraient tout officier militaire qui découvrirait leur puissance. Notre compréhension de la Symétrie est plus profonde que n'importe qui d'autre, spécialement de ces ignorants de la Confrérie. Leur réponse est toujours une violence incontrôlée. Ils essaient d'enlever la mauvaise herbe avec le feu. Et elle repousse toujours lorsque celui-ci s'est éteint. Nous cherchons les racines du mal et les détruisons, supprimant toute possibilité de retour.
Nous sommes modestes en comparaison des autres mégacorporations, de la Confrérie ou même du Cartel. Mais nous sommes l'élite. Pas avec un cortège de croyances dans le sang ou l'histoire mais par l'esprit. C'est notre intellect qui nous différentie de la masse. Vous avez été sélectionnés comme étudiants sur des critères de réelles capacités cognitives que vous avez montré durant votre petite enfance. Certains ont échoué et leurs carrières ont été ajustées en conséquence. Certains deviendront des Janissaires, d'autres des ingénieurs. Certains serviront Sundiata en tant que bureaucrates. Mais vous êtes la crème de la crème : les futurs scientifiques de Sundiata. Quelle que soit la branche académique que vous choisirez, vous nous servirez très bien. Des esprits comme les vôtres ne peuvent faillir.
Ensemble, nous allons réer un nouvel âge doré de science où les humains redeviendront les maîtres incontestés du système solaire et la Symétrie sera bannie dans de vieux livres poussiéreux. Étudiants : Levez-vous et conquérez le futur !
- Conférence donnée aux nouveaux étudiants fraîchement reçu chez Sundiata par le polymathématicien Al Maari du Conseil des Douze.

Tout ce que l'humanité a toujours connu est la guerre. Lorsque que nous ne nous entretuons pas, nous combattons l'infâme Symétrie. Il ne semble pas qu'il existe une fin à ce destin. La cupidité aveugle les mégacorporations. Elles ne peuvent le voir tant que nous ne serons pas au bord du gouffre, la Symétrie est inarrêtable. Il semble que nous - le Cartel – soyons les seuls en mesure faire quitter l'humanité de cette route vers l'autodestruction.
Notre mission est acceptée de tous mais notre message est encore perçue comme une nuisance par la plupart. Cupidité. Toujours cet égoïsme pour le pouvoir qui met des ornières devant les yeux des dirigeants de l'humanité et rend notre mission si difficile. Au moins, aujourd'hui, nous avons la puissance nécessaire pour forcer les mégacorporations à nous écouter. Cela n'en a pas toujours été. Durant les premiers jours du Cartel, nous n'étions qu'une idée consensuelle totalement contrôlée par les mégacorporations. En réalité, nous n'étions qu'un champ de bataille parmi d'autre dans les querelles corporatistes. Les Deuxièmes Guerres corporatistes ont changé tout cela. Dans un moment de rare lucidité, les mégacorporations ont fait de nous l'instrument de sécurité qui devait prévenir les futurs conflits. Le Cartel se vit donner des moyens et une autonomie. Une centaine d'années plus tard, je pense que les corporations le regrettent.
Comme nous contrôlons désormais les banques et transport lourd interplanétaire, nous pouvons forcer même les puissantes mégacorporations à s'asseoir à la table des négociations. Nous assurons que les affaires se font en toute légalité et désamorçons les situations avant qu'elles ne dégénèrent. Ce n'est pas un système parfait mais l'humanité se porte mieux avec nous qui résolvons les disputes autour d'une table plutôt qu'entre eux à coups de canon. Mais la cupidité est toujours présente et pousse toujours les hommes à se faire à la guerre. Nous ne pouvons être partout mais nous sommes la meilleure alternative. Si nous n'étions pas là, la Confrérie essaierais de renforcer son emprise sur nous en n'apportant rien d'autre que sa religion. La société s'effondrerait en une secte non-productive. La Confrérie est une arme puissante contre la Symétrie mais ils font de mauvais dirigeants. Nous, en tant que protecteurs de la culture humaine, disposons d'une meilleure vision sur ce qui motive l'humanité et comment nous pouvons la faire tendre vers un maximum d'unité. Peut être que cette unité ce fera sous notre bannière. Ensemble, nous pouvons annihiler la Symétrie et commencer à bâtir un meilleur monde pour l'humanité. Plus de nouveaux remparts, plus de nouvelles ruines et plus de nouveaux conflits.
- Notes personnelles de Felix Rimbaud du Collège du Cartel

Un profond sentiment de fierté m'habite aujourd'hui. La fierté qui tient au fait que je dirige aujourd'hui non seulement la Confrérie, mais l'humanité elle-même, dans une nouvelle ère de foi et d'unité. Car c'est seulement dans la foi et l'unité que le potentiel de l'humanité peut pleinement s'épanouir. Mais un défi se présente aujourd'hui à nous. La guerre est à nos portes. Dans des visions des temps à venir, j'ai vu les forces des Légions obscures se rassembler à nouveau. Les meurtriers et les menteurs sèment les graines de la discorde au sein de nos corporations. Ces meurtriers et menteurs conspirent pour que de nouvelle Guerres corporatistes ravagent à nouveau les terres meurtries de nos mondes. Et dans le sillage des conflits les maladies suivront avec un seul but ; la totale annihilation du genre humain. Mais dans les mêmes visions, j'ai aperçu une petite flamme d'espérance s'allumer. Face à l'annihilation, j'ai vu l'humanité s'unir et se préparer à l'ultime bataille. La volonté de perpétuer l'existence de l'humanité si forte qu'aucun sacrifice ne sera trop élevé. Contre un ennemi dont l'existence même est la destruction, aucun compromis n'est possible. Nous les renverrons dans le trou dont elles ont surgi une fois pour toute. Ce soir, j'ai ordonné à la 401ème division Archange basée à Pun Jiang Harbor de débuter le bombardement des repaire de la Symétrie à Volksburg et de la Citadelle impie d'Alakhaï. J'ai aussi ordonné aux missions Primus de Luna, San Dorado, Heimburg, Fukido et Victoria, dés demain matin, de réinstituer la conscription corporatiste. Et par ordre du Cardinal – Cette nuit, j'ai réinstitué le Mandat du Feu et ordonné à l'Inquisition de prendre toutes les dispositions pour purger l'ennemi au sein de nos domaines. Nous nettoierons l'humanité de l'infestation putride de l'hérésie par le feu et par le sang. Gloire à vous tous. Gloire à la Confrérie. Gloire en la Lumière éternelle, qu'elle puisse briller pour toujours pour nous montrer le chemin de l'unité. La guerre est à nos portes.
- Extraits de la 119ème bulle du Cardinal à l'occasion du discours de la prise de fonction du Cardinal Fuego II. Pour la Confrérie cette bulle marque le point de départ de la refondation de l'organisation entière et de la naissance d'un nouvel espoir pour l'humanité. Le discours a été transmis en direct sur les canaux télévisés de toutes les grandes villes du système solaire

Juste après les Deuxièmes Guerres corporatistes, les quatre mégacorporations rescapées étaient au bord de l'effondrement économique total. Comme toute companie en banqueroute, elles cédèrent toutes les parties non-profitables de leurs organisations. Aussi vendirent-elles des pans entiers de leurs empires à qui pouvait se les payer. Et qui pouvait se les acheter ? Eh bien, au sein de chaque mégacorporation il existe des employés mécontents qui disposent de fonds propres. Ce peuvent être un clan Imperial, une ascierie bauhauser qui souhaite devenir indépendante ou peut être des minorités ethniques qui voient une opportunité d'exprimer leur culture librement. Ces nouvelles factions sont appelées des compagnies affiliées. Elles sont bien plus modestes qu'une mégacorporation mais plus puissantes qu'une compagnie indépendante. Elles font souffler un vent nouveau nouveau sur l'univers de Mutant Chronicles. Il peut désormais y avoir des conflits qui n'ont rien avec une mégacorporation. Bien sûr, le temps passant, les mégacorporations redevinrent stables et regardent désormais avec convoitise leurs anciennes "propriétés".

Pourquoi avoir choisi la dénomination "compagnies affiliées" pour désigner ces nouvelles entités économiques ? Ont elles encore de forts liens économiques avec leurs précédents propriétaires ? Pas nécessairement mais il existe toujours un fort lien culturel entre une maison mère et une de ses anciennes filiales. Le Cartel a découpé les différentes cultures humaines en cinq grandes catégories. Sans surprise elles correspondent aux mégacorporations : Capitol, Mishima, Bauhaus, Imperial et Sundiata/Akkad. Toutes les compagnies affiliées sont une déclinaison de ces cinqs modèles (à l'exception notable de Sundiata/Akkad qui est apparue plus tard). Par exemple, la compagnie affiliée de Savoie a une forte ressemblance avec Bauhaus en termes de culture, de société et de valeurs mais l'aspect militaire en est totalement absent. Aujourd'hui, les mégacorporations aimeraient bien faire main basse sur la majorités de ces modestes compagnies mais, pour certaines d'entre elles, les mégacorporations ont d'autres plans. Les conflits opposant directement les mégacorporations les unes aux autres attirent trop l'attention du Cartel et peuvent dégénérer très rapidement. En opposant deux compagnies affiliées, les mégacorporations peuvent mener leurs opérations mesquines sans se salir les mains. Toutes les compagnies affiliées ne sont pourtant pas aussi influençables ou sous contrôle que les mégacorporations le voudraient. Non, certaines ont quitté dans la douleur leur maison mère et nourrisent à leurs égard une haine tenace. L'équilibre des pouvoirs n'est pas vraiment modifié par l'apparition des compagnies affiliées si ce n'est qu'elles compliquent encore un peu plus la situation. Les mégacorporations gardent toujours la haute main sur les affaires. Les compagnies affiliées sont dispersées et n'ont aucune volonté de se regrouper. Tout ce qu'elles ont en commun est peut être le soutien du Cartel à les aider en cas de conflit avec les mégacorporations. En termes de mécanique de jeu, de nouvelles règles permettront de créer une compagnies affiliée et aucune limitation à leur nombre ne sera imposée dans le background.

Retour au Coral Beach Center

Lorsque nous avons débuté le chantier sur le nouveau jeu de rôle Mutant Chronicles, il était naturel que nous commencions à travailler sur les mégacorporations. Nous avions tous notre favorite parmi elles mais je dois dire que Bauhaus avait probablement le plus de fans au sein de l'équipe. Il était donc tout naturel que Bauhaus et Imperial soit plus ou moins conservé dans la façon dont elles avaient été traitées dans les précédentes éditions. Bien sûr, nous avons rajoutés des éléments et en avons supprimé quelques uns mais leur atmosphère est rester à peu près la même. Pour les autres mégacorporations, ce ne fut pas aussi facile. Paradox exprima des réserves quand à garder Mishima et Cybertronic. Une opinion que nous partagions ; du point de vue du traitement qui leur était appliqué dans les précédentes éditions. Le background de Capitol nous semblait également peu trop lisse. Pas bon ni mauvais, juste insipide.

Aussi nous commençâmes avec Capitol, rajoutant une thématique sud américaine et le développement d'un territoire martien où des capitoliens d'un genre différent résidaient. Nous sommes assez contents du résultat puisque nous avons pu conserver l'identité de Capitol en ajoutant plus de profondeur et de détails. Le style japonais de Mishima semblait très années 80 et un peu trop réducteur. Est-ce qu'il n'y a que le Japon en Asie ? Bien sûr que non ! Le résultat est une révolution au sein de Mishima, les Prince Héritiers partis (enfin ... pas totalement) et un nouveau pouvoir à l'oeuvre : la société sécrète des Tongs.

Puis il y eu la question de Cybertronic ... une autre corporation très années 80. Mais il n'y avait pas que ça, il était également illogique que des machines pensantes cohabitent avec la Symétrie Obscure. Aussi nous avons cogité encore et encore. C'était de loin le problème le plus difficile. Je ne me rapelle pas toutes les idées qui ont été examinées mais celle qui fut le plus sérieusement discutée était celle d'un minerais trouvé dans la ceinture d'astéroïdes qui pouvait isoler les circuits électroniques et digitaux de l'influence de la Symétrie. C'est alors que l'idée de la technologie frontière a pris forme et est devenue une réalité. Naturellement, nous ne pouvions garder le nom de Cybertronic aussi nous recherchâmes des alternatives mais sans succès. Puis l' idée d'une mégacorporation à thématique arabe/africaine fut étudiée. Sundiata était née. Mais nous ne voulions pas utiliser la situation contemporaine du moyen-orient à l'image de Bauhaus qui n'est pas le reflet de l'Europe actuelle. Nous avons préféré chercher nos éléments du côté de l'âgé doré de l'Arabie islamique, lorsque la science, la technologie, la philosophie, l'art et la littérature arabe était à leur apogée et influençaient la pensée de l'Europe de l'Afrique et de l'Asie. Nous avons repris cela, ajouté les idée du 19ème siècle et des mouvement Positivistes en Europe et mélangé tout ça avec le secret entourant la vieille Cybertronic (avec des technologies mystérieuses et potentiellement hérétiques). Enfin mais pas le moindre des chantiers : nous avons écrit un background passionnant qui explique dans le détail le passage de Cybertronic à Sundiata.

Une thématique que nous avons démontée, reconstruite, puis redémontée pour finalement la reconstruire à nouveau fut celle des francs-tireurs dans l'univers de Mutant Chronicles. Tout le monde a développé au fil des années sa propre interprétation du background mais, pour moi, le livre de base de l'édition classique était centré sur les personnages francs-tireurs au détriment des employés des mégacorporations. Ensuite les suppléments suivants développèrent chaque faction pour finalement mettre à l'index le jeu franc-tireur avec de meilleures règles et formations.
Nous avions le sentiment que les francs-tireurs étaient, de bien des façons, de pauvres infortunés dans les éditions précédentes. C'était souvent de pauvres bougres rejetés par les mégacorporations, vivant une existence incertaine et cherchant un bon plan pour les rendre riches. La possibilité de jouer ce type de personnage représentait une dimension importante de Mutant Chronicles et nous désirions qu'elle fasse partie de la nouvelle édition. Mais un des problèmes rencontrés dans Mutant Chronicles nous a obligé à développer un nouveau type de compagnie indépendante. Dans les éditions classiques, à peu près tous les conflits étaient causés par une mégacorporation ou une autre (les Légions Obscures étant la seule exception). Nous pensions que cela réduisait Mutant Chronicles à un simple conflit d'intérêts entre les mégacorporations et que nous avions besoins de complexifier un peu plus la carte politico-économique.